•  
     
    Un jour, les doigts se querellaient. Il s’agissait de savoir lequel d’entre eux est le plus utile. 
    Le pouce dit aux autres : Inclinez-vous devant moi ; je suis le plus fort ; à moi seul, je travaille autant que vous quatre. 
    L’index reprit : C’est moi qui montre et qui menace ; c’est moi qui fait les choses les plus fines et les plus difficiles ; je suis le plus adroit. 
    Soyez modestes ! s’écria le majeur. Je suis le plus grand de vous tous et en ma qualité de Seigneur, je siège au milieu de la main. 
     L’annulaire demanda fièrement : Que valez-vous au prix de moi, qui suit couvert de bagues d’or et de diamant ? 
     L’auriculaire seul ne soufflait mot. Alors les autres doigts lui crièrent en se moquant :
    Parle donc ! A quoi sers-tu toi ? 
    Vous avez tort de vous moquer de moi, répondit doucement le pauvret : le mérite ne ..se mesure pas à la taille ; celui qui fait ce qu’il peut, remplit son devoir ; vous devez le respecter. 
    Tu as raison, cher petit frère, reprirent les autres doigts, et, en vérité, nous nous valons les uns les autres.   
    Je souhaite de tout coeur que tu passes une bonne semaine. Que la douceur fasse partie de ta journée et que les personnes qui te sont proches t'entourent d'amour.
    Prends soin de toi. 
    Amicalement  
    Pour toi mon Coeur ............ Gros bisous
    Partager via Gmail Pin It

    11 commentaires